Le nouveau président de la FVCS entend poursuivre la stratégie mise en œuvre par son prédécesseur Philippe GABORIAU, avec de nombreux fers au feu. Il nous en dit plus sur les grandes orientations de la Fédération, le confortement de son équipe d’animation, ses nouvelles thématiques d’action, la préparation de son congrès 2021…

Vous êtes le nouveau président de la FVCS. À ce titre, qu’entendez-vous personnellement impulser au sein de la Fédération et auprès du réseau des villes et Conseils des Sages® adhérents ?

J’inscris ma mission de nouveau président de la FVCS dans la poursuite d’une stratégie mise en place par l’équipe de Philippe GABORIAU (président sortant) dont on récolte aujourd’hui les fruits en constatant, sur toute la France, un regain d’adhésions de “Conseils des Sages” à la Fédération, suite aux dernières élections municipales.

Et ce n’est pas par hasard que lors de notre dernière Assemblée générale renouvelée, il a été proposé de créer la fonction de “délégué général” pour que Philippe poursuive et anime sans rupture les actions engagées. Dans le même esprit, l’équipe rapprochée qui œuvrait autour de lui – notamment Brigitte DELISLE, responsable administrative et Pierre RIVAUD, chargé de la Communication – demeurera proche à la fois du délégué général et du président, dont la mission sera de faciliter et d’être là où il faut quand il le faut.

Lors de son AG, la FVCS a validé ses grandes orientations 2021. Quelles en sont les priorités ?

Concernant les grandes orientations de la Fédération, elles ont été rappelées et confirmées lors de l’Assemblée générale et guideront les travaux du Bureau qui se réunira dès le début du mois d’avril. Il convient de les préciser :

  • Poursuite des réflexions sur la transition écologique
  • Soutien à l’ouverture internationale et poursuite d’une collaboration avec la Tunisie
  • Promotion de tout ce qui touche à “l’intergénération”
  • Lecture et Culture…

Pour mener à bien ces objectifs, il convient dès à présent d’envisager le recrutement temporaire d’un chargé de mission qui se consacrerait plus particulièrement aux adhésions d’un vivier de communes encore très important au niveau national.

La crise sanitaire perdure et contraint l’activité des conseils des Sages®. Dans ce contexte, la FVCS peut-elle contribuer à entretenir leur mobilisation et leur action, et si oui, avec quels leviers ?

Dans le contexte actuel de la crise sanitaire, les moyens de communication et d’échanges au niveau de la Fédération passent plus que jamais par l’organisation de visioconférences. Cela nous aura permis de renouveler nos instances dans des conditions compliquées mais au demeurant acceptables.
Et, de toute évidence, le site internet de la FVCS reste un vecteur incontournable pour échanger entre tous les adhérents à travers le pays. Il doit être une vitrine pour tous, mais aussi un centre de ressources.

À ce jour, difficile de savoir si le Congrès 2021 pourra se tenir en présentiel ou à distance. Néanmoins, quels pourraient en être les thèmes ?

Il est prévu les 3, 4 et 5 juin à Jeumont dans le Nord. Sans doute devrons-nous en profiter pour tirer des enseignements de la crise sanitaire en cours afin de nous projeter d’autant mieux dans “le monde d’après”…
Nos dossiers “transversaux”, que je viens de citer, auront aussi besoin d’un point d’étape ou de développement. Et sans oublier les attentes de nos si nombreuses villes nouvellement adhérentes, qui devront aussi, me semble-t-il, être prises en compte par notre congrès.
Tous ces sujets, nous en débattrons à l’occasion de notre prochaine réunion de Bureau, début avril.  La question se posera de la forme.  Une occasion peut-être d’innover ?